Quel est le délai pour prévenir son employeur d’une absence ?

Un employé qui ne prend pas soin de son enfant malade ou blessé de moins de 16 ans et qui est responsable de son enfant malade peut bénéficier de l’absence d’un enfant malade pendant une période de temps :

  • 3 jours par an pour le cas général,
  • 5 jours par an si l’enfant concerné a moins d’un an ou si le travailleur s’occupe d’au moins trois enfants de moins de 16 ans.

Ce congé n’est pas payé en principe, mais la convention collective applicable à l’entreprise peut prévoir des conditions plus favorables pour l’employé, le paiement du salaire ou une indemnité pour les jours de vacances supplémentaires.

A lire en complément : Comment calculer les prestations familiales ?

L’ employé n’a pas besoin de demander l’autorisation de son employeur, mais doit l’informer de son absence et le justifier par un certificat médical confirmant l’état de santé de l’enfant. Il n’est pas nécessaire que la maladie ait un certain La gravité et l’application ne sont pas soumises à la réflexion

Si l’employé remplit les conditions d’un congé d’enfant malade, l’employeur ne peut pas refuser cela, même si son absence interfère avec les activités de l’entreprise.

Lire également : Quand sont les vacances de Pâques 2020 ?

Comment calculer le nombre de jours d’absence qui est accordé pour un congé de maladie ?

Le nombre de jours d’absence pour enfants malades est accordé à chacun des deux parents. Si les deux parents sont employés, chaque personne bénéficiera du nombre légal de jours. En revanche, le nombre d’enfants ne change pas en fonction du nombre de jours, sauf en l’absence d’un accord ou d’un contrat plus favorable. Pour 2 enfants, chaque employé a 3 anniversaires. Si l’employé a 3 enfants ou plus de moins de 16 ans ou si l’employé a 3 enfants absence affecte un enfant de moins de 1 an, il a droit à 5 anniversaires.

Le nombre de jours peut être fragmenté par demi-journée ou jours d’un jour ou dans son intégralité.

Congé parental en cas de maladie longue ou plus grave

Si l’enfant souffre d’une maladie grave ou d’une invalidité longue nécessitant une participation continue, l’employé peut se voir accorder un congé parental ou un congé pour soins. Ce congé est accordé sans ancienneté.

Il peut également bénéficier de la générosité de ses collègues, qui peuvent lui donner des jours de congé.

La demande de congé parental doit être adressée à l’employeur pour dispense par lettre recommandée avec accusé de réception ou en mains propres dans un délai minimum de 15 jours avant la date de début du congé. La demande doit être justifiée par un certificat médical qui : gravité particulière de la maladie, accident ou invalidité et la nécessité d’une présence prolongée avec l’enfant en raison de soins obligatoires.

Le congé est accordé pour une durée maximale de 310 jours ouvrables par enfant et par maladie, accident ou invalidité. L’employé est libre d’utiliser ces 310 jours dans les 3 ans.

Pendant les jours de congé, l’employé n’est pas rémunéré, mais il peut bénéficier de l’allocation parentale journalière (DJPP) des FAC. Le congé peut être interrompu par le salarié, qui doit en informer son employeur par courrier recommandé au moins un mois avant la date de reprise.

Au bout de trois ans, en cas de rechute ou de réapparition de la maladie de l’enfant, l’employé peut bénéficier d’un nouveau congé parental. Si l’employé ne veut pas prolonger ses vacances, l’entreprise doit lui permettre de prendre son ancien emploi ou un organisme similaire avec une rémunération équivalente.

Comment gérez-vous facilement vos vacances et vos horaires ?

Découvrez une solution simple et ergonomique avec une efficacité impressionnante !

Références Article 24 de la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurité des voyages professionnels