Comment obtenir un permis de travail Suisse sans contrat ?

Votre entreprise se porte bien, les contrats et les clients arrivent, votre équipe est efficace et ambitieuse et vous souhaitez maintenant embaucher de nouvelles personnes talentueuses. Après avoir passé des heures à chercher la personne idéale pour renforcer votre équipe, vous avez enfin trouvé la perle rare, qui possède à la fois les qualifications nécessaires et la bonne mentalité pour votre entreprise. Le seul problème : cette personne a besoin d’un permis de travail pour travailler dans son entreprise en Suisse.

Cette série en deux parties abordera les questions suivantes :

A lire également : Quelle résistance de puissance e cigarette ?

  • De quel permis de travail un employé potentiel a-t-il besoin ?
  • De quel permis de travail un futur employé a-t-il besoin ?
  • Quelle est la procédure de candidature ?
  • Quelles sont les exigences qui doivent être satisfaites ?

Ce premier article se concentrera sur le système dans son ensemble, ainsi que sur les permis de travail pour une période allant jusqu’à 4 mois, tandis que le second article décrire les exigences et procédures spécifiques relatives aux permis de travail L et B pour les ressortissants de l’UE/AELE et des pays tiers.

Aperçu du système : Qu’est-ce qu’un permis de travail et pourquoi est-il difficile de l’obtenir ?

Il existe sept types différents de permis délivrés en Suisse. Ils allaient de l’autorisation d’admission provisoire (permis F) au permis de séjour (permis C) et aux permis de travail à court et long terme (permis L et B), en passant par des permis spéciaux pour les demandeurs d’asile (permis N), les travailleurs frontaliers (permis G) et les membres de la diplomatie ou des organisations internationales (permis CI).

A lire aussi : Qu'est-ce que le bio ?

Lors d’une demande de permis de travail, la première difficulté vient des sources juridiques diverses et dispersées qui peuvent être classées en trois régimes principaux.

  • Permis de travail pour un maximum de 4 mois
    • Loi sur les travailleurs détachés Ldét/ en allemand : ENTSG)
    • Ordonnance sur l’admission, le séjour et l’emploi (français : OASA/allemand : VZAE)
  • Permis de travail pour les
    • citoyens étrangers UE/AELE et
    • Loi sur l’intégration (LEI) Ordonnance sur l’admission, la résidence et l’activité lucrative (en français : OASA/allemand : VZAE)
  • )

  • Permis de travail pour les citoyens non membres de l’UE/AELE
    • Accord bilatéral sur la libre circulation des personnes entre l’UE et la Suisse (ALE)
  • :

En ce qui concerne les permis de travail, deux variables doivent être prises en compte pour déterminer quel permis demander :

    • La durée souhaitée du permis de travail En règle générale, la durée souhaitée est basée sur le contrat de travail.
    • Si l’emploi souhaité dure moins de 4 mois, il existe plusieurs possibilités de séjours de travail de courte durée qui sera discuté en détail plus loin.
    • Si la durée de l’emploi potentiel dépasse 4 mois, un permis L ou B est requis
  • .

  • La nationalité du
    • demandeur du permis Si le demandeur du permis est ressortissant de l’UE/AELE, le régime AFMP s’appliquera et la personne concernée aura droit à un permis de travail.
    • Si la personne est ressortissante d’un État tiers, le système ordinaire s’applique, avec ses exigences et ses quotas les plus stricts.

Un autre problème lié aux permis de travail est l’introduction de quotas pour limiter le nombre de permis de travail que chaque canton peut délivrer aux ressortissants de pays tiers. Cette allocation est déterminée proportionnellement afin de ne favoriser aucun des cantons.

En général, d’ici 2021, les cantons peuvent délivrer des permis de 2000 L et 1250 permis B. En outre, la Confédération suisse maintient une réserve de 2 000 L permis et 3 250 permis B délivrés au cas par cas à la demande des cantons. Dans la pratique, il peut être moins contraignant d’obtenir ces permis de travail réservés dans certains cantons que dans d’autres. Voici un tableau résumant la distribution pour 2021 (les détails se trouvent à l’annexe 1 OASA/AAEV) :

Permis de travail de courte durée (L) Permis de travail de longue durée (B)
Confédération suisse 2000 3250
Argovie 132 83
Bâle-Ville 75 47
Berne e 238 149
Genève 144 90
Vaud 177 111
Zurich 394 246
Zoug 44 27
Autres cantons 796 497

Permis de travail pour un maximum de 4 mois

Séjour de travail pouvant aller jusqu’à 8 jours par année civile

Toute personne, quelle que soit sa nationalité, peut travailler en Suisse jusqu’à 8 jours par année civile sans avoir besoin d’enregistrement ou d’autorisation préalable.

Veuillez noter que toute personne ayant besoin d’un visa pour entrer en Suisse aura toujours besoin d’un tel visa d’entrée pour bénéficier de cette règle dite des 8 jours.

Séjour de travail entre 8 et 90 jours

Les citoyens de l’UE/AELE doivent s’inscrire en ligne pour toute mission au cours de laquelle ils passeront plus de 8 jours et moins de 90 jours une période de 12 mois en Suisse. Les travailleurs détachés de pays non membres de l’UE/AELE peuvent également bénéficier de cette possibilité s’ils ont travaillé pendant au moins 12 mois dans un pays de l’UE/AELE avant leur transfert en Suisse.

L’inscription est généralement effectuée par l’employeur et doit être faite au moins 8 jours avant le début de la mission en Suisse. L’employeur doit également se conformer aux exigences de salaire minimum conformément à l’art. 2 LDÉT/ENTSG.

Les citoyens réguliers des pays non membres de l’UE/AELE ne peuvent pas bénéficier de ce processus d’enregistrement et doivent demander un permis de travail d’une durée maximale de 4 mois ou une licence L normale.

Séjour de travail entre 90 jours et 4 mois

Ce permis de travail de courte durée est délivré gratuitement par l’autorité cantonale du travail concernée à toute personne qui répond aux salaires et aux conditions de travail de l’art. 2 de la loi /ENTSG.

Les ressortissants de pays non membres de l’UE/AELE doivent avoir travaillé pour leur employeur pendant au moins 12 mois afin de pouvoir prétendre à un tel permis. Ils doivent également respecter le séjour maximum accordé par l’accord de Schengen, qui est de 90 jours en Suisse pour une période de 120 jours.

Dans la pratique, les autorités accordent également une version plus courte de ce permis afin de faciliter les affaires. Ce permis est accordé dans les mêmes conditions que le permis de travail de 4 mois, mais pour une période de 120 jours sur une période de 12 mois. Pendant son séjour en Suisse, le salarié doit compter les jours qu’il a passés en Suisse.

Points clés et prochaines étapes

Si vous souhaitez faire une demande de permis de travail, vous devez connaître la nationalité du futur employé, car cela définira le système applicable et les exigences à respecter. Vous devez également savoir où le futur employé travaillera , car il devra adresser sa demande à l’autorité cantonale du travail correspondante.

Enfin, vous devrez connaître l’heure pour laquelle vous avez l’intention d’embaucher le futur employé , car le contrat de travail déterminera le congé que l’employé devra demander. Comme indiqué ci-dessus, le système est assez flexible pour les permis de travail jusqu’à 4 mois et la demande peut être faite en ligne ou via des formulaires généralement accessibles sur le site web de l’autorité cantonale compétente.

Si vous avez l’intention de demander un permis de travail pour plus de 4 mois, veuillez consulter notre prochain article, qui traite plus en détail des procédures et des exigences pour demander un permis de travail L ou B, tant pour les ressortissants de l’UE/AELE que pour les ressortissants de pays tiers.

Actu