Comment savoir si l’on est androgyne ?

« À l’époque, notre nature n’était pas ce qu’elle est maintenant. D’abord il y avait trois espèces d’hommes et pas deux comme aujourd’hui : le mâle, la femelle et, en plus de ces deux, un tiers composé des deux autres : le seul nom reste aujourd’hui, l’espèce a disparu. C’est l’espèce androgyne qui avait la forme et le nom des deux autres, mâle et femelle, dont il a été formé. Ils étaient d’une force et d’une vigueur extraordinaires ; et comme ils étaient d’un grand courage, ils attaquent les dieux. Alors Zeus a coupé ces hommes en deux. »

A lire aussi : Comment porter des baskets montantes homme ?

Raconté par Aristophane dans le Banquet de Platon, un classique sur lequel des générations d’élèves du secondaire ont étudié, le mythe de l’androgyne est, d’une certaine manière, au cœur de la controverse suscitée par les études de genre. Et la fascination qu’il exerce depuis des temps immémoriaux est étrangement réactivée. Derrière la violence des joutes entre les partisans de ces études qui nourriraient sournois l’expérience de l’ABCD de l’égalité menée dans certains de nos les écoles primaires et les partisans de l’égalitarisme total ; entre ceux qui refusent viscéralement l’idée d’indifférenciation et de démentialisation des sexes mettant en péril l’identité humaine et le fondement même de notre société et ceux qui préconisent un nouvel « humanisme » fondé sur la fin d’un mode binaire de pensée entre le mâle et la femme, rincer bien avec la figure archétypale de l’androgyne.

D’andros, « man » et gunê,
 « femme », androgyne est, pour
 Platon — qui, selon Jean Libis, professeur de philosophie et auteur
du mythe androgyne (1), serait
été influencé par les croyances
 Les femmes babyloniennes attestant de l’exis
l’être originel qui a donné naissance à la vie sur Terre, l’unité des principes opposés, la représentation de l’être réunifié auquel nous aspirons. Un premier homme avant la chute ou… le Big Bang ? « L’assemblée ou la confusion des sexes au sein d’un même individu est un modèle archétypique des sociétés humaines », explique l’enseignant.

A lire en complément : Comment choisir de bons collants pour femme ?

Le sequel in We Demain n°7

Mode