Un mineur peut-il louer un appartement ?

Qu’ il s’agisse d’étudier loin de la maison familiale ou d’obtenir son indépendance, un mineur peut vouloir louer un appartement, seul, dans un appartement partagé ou avec un résident. Concentrez-vous sur les différentes possibilités qui s’offrent à vous.

Raisons du départ anticipé du mineur

Légalement, un mineur est autorisé à vivre dans un foyer partagé ou seul. Cependant, l’un des parents sera invité à signer le bail. Il y a un certain nombre de raisons à ce désir d’une jeune fille ou d’un jeune homme de quitter la maison familiale. En fait, il peut commencer son cours universitaire ou partir pour un long séjour à l’étranger dans le cadre d’un échange linguistique, par exemple. La signature d’un bail par un mineur est également justifiée par un profond désir d’autonomie ou de problèmes familiaux que le jeune de moins de 18 ans vit quotidiennement à la maison. En tout cas,un propriétaire peut accueillir un mineur dans son immeuble. Cependant, tout dépend de l’émancipation ou non du jeune homme.

Lire également : qu'est-ce qu'une caution solidaire ?

Droits et obligations des mineurs non émancipés

Si un mineur n’a pas encore été émancipé, il est légalement incapable de signer un contrat de location. Le bail doit être signé par le père et/ou la mère ou un représentant légal. Cela s’applique même si le signataire n’occupe pas le logement. En outre, si un bail est conclu avec un mineur qui n’est pas émancipé , la nullité ne peut être invoquée pour incapacité. Un bail signé par un jeune mineur non émancipé sera remis en question en cas de dommages et intérêts. Cependant, même si le contrat de location est signé par l’un ou les parents, le nom de l’enfant est mentionné comme locataire. Et bien que les parents paient généralement des loyers, le propriétaire de casapuòparfaitement émettre des reçus au nom du mineur.

Capacité juridique du mineur émancipé

Dans le cas d’un mineur émancipé, sa capacité juridique est similaire à celle d’une personne majeure. Plus sous l’autorité de ses parents, il peut accomplir tous les actes de la vie civile. Il peut alors signer librement tout acte et contrat, tel qu’un bail immobilier en son nom. Il peut s’agir d’une émancipation à la suite d’une décision du juge relative à des questions familiales ou de droit par le mariage. Un mineur, même s’il est célibataire, peut aussi être émancipé dès qu’il atteint l’âge de seize ans. Après avoir entendu l’enfant, cette émancipation sera effective, à la demande de l’un des parents ou des deux et à la suite du verdict final du juge de tutelle au niveau du tribunal de Grande Instance.

A lire aussi : La loi Pinel est-elle intéressante ?

Faciliter l’accès au logement pour enfants

sinonil existe des limites d’âge pour bénéficier d’une allocation de logement et d’une aide personnalisée au logement ou d’une aide au logement, ce qui permet à un enfant émancipé d’en bénéficier. Cependant, la situation peut devenir plus compliquée si le bail n’est pas au nom du locataire mineur. C’est en effet sur la base du revenu des parents et non sur celui du jeune locataire mineur que l’aide sera appréciée. Pour y remédier, les parents peuvent demander au propriétaire d’écrire des reçus de loyer au nom du mineur afin de prouver leur présence réelle dans la propriété. Quant à l’assurance habitation, un enfant plus jeune ne peut pas contracter, c’est l’un de ses parents qui doit souscrire cette assurance, qui est obligatoire pour couvrir les risques de location.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!